Les livres de L’Ourse brune

Rose, de Pierre Magdelaine

« La tempête avait noyé la lande. La pluie gouttait encore des arbres et ruisselait en torrents étincelants vers une multitude de flaques brillantes ; de loin, la lumière rasante du matin paraissait changer l’eau en mercure mais, dès qu’on s’approchait, la noirceur de la terre engloutissait ces reflets argentés. »

Hommage à une chanson de Johnny Cash, « Rose » imagine la quête d’une femme à travers un paysage post-apocalyptique. Une nouvelle de Pierre Magdelaine. 33 pages. 12 €

Ecouter un extrait de Rose, lu par l’auteur

Commander en ligne

Ma bonne Marguerite, de Jacqueline Dewerdt-Ogil

« Quand je pense à Suzanne, et c’est souvent que j’y pense, je la revois au moment de son arrivée dans la cour de l’école. Ses cheveux. Un soleil rouge. Les filles qui s’en écartent. Les garçons qui grommellent des quolibets. Le diable court sur leurs lèvres. Suzanne, seule. Suzanne, ses beaux yeux verts sur eux. Suzanne, le rictus sur ses lèvres. Elle va pleurer. J’attends qu’elle pleure. Elle ne pleure pas. »

Elle est bien vieille, Marguerite. Assez pour avoir envie de raconter à qui veut l’entendre le plus beau coup tordu de sa carrière de « bonne » femme. Une nouvelle de Jacqueline Dewerdt-Ogil. 22 pages. 12 €

Ecouter un extrait de Ma bonne Marguerite, lu par l’auteure

Commander en ligne

Portrait en bleu, de Ève Roland

« Ma petite ourse chérie, mon petit piment doux… Quand viens-tu ? L’atelier paraît vide sans toi, sans ta présence pour de vrai, même si j’ai ta photo en face de moi, et dans mon portefeuille encore ta photo, elle ne me quitte pas (celle sur la plage où tu as les cheveux dans les yeux, et tes seins qui me sourient à travers l’étoffe mouillée par le bain). »

Lorsqu’elle trouve la photo d’une inconnue parmi les affaires de sa tante décédée, la narratrice ne sait pas qu’elle entrouvre la porte d’un secret bien gardé. Une nouvelle de Ève Roland. 40 pages. 12 €

Ecouter un extrait de Portrait en bleu

Commander en ligne

Ratabougo, de Gilles Bertin

« Je cherche dans les casiers du fourgon, au milieu des blocs différentiels, des prises trois-points, des bobines de fil rouge bleu jaune et vert, des sachets de colliers Rilsan, des rouleaux de gaine annelée grise, je trouve le Bleuet, une casserole, un bidon d’eau, le Nescafé. Quand je me retourne, il me fixe. Je lui souris : — Bonjour papa. — Qu’est-ce que tu fais donc ? — Je suis venu te chercher, tu m’avais demandé. »

Pour tenir une promesse faite à son père, Tony organise une fugue qui les emmènera tous les deux très loin. Une nouvelle de Gilles Bertin. 40 pages. 12 €

Ecouter un extrait de Ratabougo, lu par l’auteur

Commander en ligne

L’émigrante, de Marie-Claude VIANO

« Après un large détour pour éviter le dernier poste de douane, elle rejoint le chemin qui, élargi depuis qu’il a quitté la zone des alpages, s’enfonce dans la forêt. Le sol porte des traces de sabots. Un mulet, sans doute. À droite coule un ruisseau. Dans le lointain, on entend les clarines d’un troupeau, les aboiements d’un chien et les coups sourds de la hache d’un bûcheron. »

Elle part, elle s’en va, elle fuit, elle quitte tout… Elle sait qu’elle ne reviendra pas, mais jusqu’où ira-t-elle ? Une nouvelle de Marie-Claude Viano. 24 pages. 12 €

Ecouter un extrait de L’émigrante, lu par l’auteure

Commander en ligne

Recevez nos actualités dans votre boîte de réception.

%d blogueurs aiment cette page :